Galanga

Nom masculin.

Le genre féminin, quoique minoritaire, se trouve aussi dans la littérature.

De l’ancien français « galingal » issu de l’arabe « khalanjan » ou
« khoulandjan » par le chinois « liang-kiang » qui signifie gingembre
moyen.

On trouve des traces de cette épice dès l’Antiquité en Chine.

Plutarque, essayiste et historien grec, mentionne une plante qui
ressemble au galanga dans un traité sur Isis et Osiris, où il décrit
son utilisation comme encens.

Sa consommation en Europe a faibli à partir de la Renaissance pour
devenir quasiment inexistante. Cette épice y est presque inconnue.

Le galanga est le nom vernaculaire qui recouvre les espèces « Alpinia
officinarum » et « Alpinia galanga » qui font toutes les deux partie de la famille
des zingibéracées. Ces plantes à rhizomes sont assez
proches du gingembre et sont utilisées comme épices.

On trouve le rhizome de galanga, en tranches fraîches ou séchées,
entier ou en poudre, dans les épiceries orientales.

Lorsqu’il est moulu, le galanga se présente sous la forme d’une poudre
brune, piquante et parfumée. Il rappelle la cannelle de Ceylan, la
rose et le camphre.

Moins fort que le gingembre, il peut le remplacer dans de nombreux
plats. Il en existerait une variété rouge.

Le nom de petit galanga est parfois, abusivement utilisé pour désigner
le Galanga camphré ou Faux galanga.

D'autres mots pouvant vous interesser

Shilom - Canthus - Tapinois (en) - Déictique - Barigoule


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *