Zaïmph

Nom masculin.

Mot punique de fantaisie inventé par gustave Flaubert pour son roman
Salammbô, forgé d’après l’hébreu biblique « tsaiph » qui signifie voile
de femme (Genèse 24,65;38 A’ et 19).

Selon Flaubert qui le mentionne dans sa correspondance, 1862 page 307,
le « zaïmph » est mentionné dans Athénée de Naucratis ,XII, 58, qui en
donne même la description mais ce dernier emploie le terme « peplos » (Athénée
de Naucratis,
Deipnosophistai, (Le Banquet des Sophistes ou Le Banquet des Sages)
XII, 58, Leipzig, Editions A. Meineke, tome 2,

1858, page 488.

Antiquité. Voile de la déesse Tanit à Carthage.

Par exemple: […] tout à la fois bleuâtre comme la nuit, jaune comme
l’aurore, pourpre comme le soleil, nombreux, diaphane, étincelant,
léger. C’était là le manteau de la Déesse, le zaïmph saint que l’on ne
pouvait voir. » Flaubert, Salammbô, tome 1,
1863, page 84.

D'autres mots pouvant vous interesser

Arpète - Apocope - Gabardine - Coruscant - Pogonophores


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *