Arénicole

Adjectif et substantif.

Du français « arène » auquel on a adjoint le suffixe -cole.
« Arène »vient du latin « arena » qui signifie sable et « -cole » vient du
latin « colere » qui signifie habiter.

Ce suffixe correspond à une habitation, un habitat.

« Arenicole » signifie littéralement qui habite dans le sable.

Zoologie. Qui vit dans le sable ou dans les endroits sablonneux.

Par exemple: »lombric arénicole, ver arénicole. »

Substantif féminin pluriel. Les arénicoles. Famille d’annélides
dorsibranches qui vivent dans les sables des bords de mer, et dont l’espèce la
plus connue est l’arénicole des pêcheurs, utilisée
comme appât.

Vanille

Nom féminin.

Emprunté d’abord à partir de textes anglais et néerlandais à
l’espagnol « vainilla » qui signifie gousse dérivé avec un diminutif de « vaina »
qui signifie gaine, enveloppe, du latin « vagina » de même
signification.

1- Botanique. Orchidée épiphyte dans les régions équatoriales ou
tropicales, généralement caractérisée par une très longue tige
grimpante, portant des racines adventives à chaque entre-nœud, par des
feuilles alternes, lancéolées, coriaces,
par de grandes fleurs en grappes axillaires au labelle en cornet, par
des fruits allongés, charnus, appelés gousses de vanille.

Vanille à feuilles planes, (Vanilla planifolia, Vanilla fragrans).
Vanille caractérisée par des fleurs vert jaunâtres au labelle marqué
de jaune orangé, par des fruits

à pulpe odorante, utilisés en gastronomie, parfumerie, pharmacie.

Vanille (Vanilla pompona). Vanille caractérisée par de grandes fleurs
jaunes clair, par des fruits plus gros, ayant une odeur forte, moins
agréable que ceux de Vanilla planifolia.

Sur la centaine d’espèces de vanille déterminées, seules deux ou trois
sont cultivées pour la production de vanilles et parmi elles Vanilla
fragrans est la plus répandue et celle qui donne des fruits de meilleur
qualité.

2- Par métonymie. a-Gousse de vanille ou vanille. Fruit de cette plante qui
devient
brun-noir et aromatique en séchant.

Couleur brun-noir.

Senteur analogue à celle de ce fruit. b- Gastronomie. Substance aromatique
extraite de ce fruit, servant à
parfumer le chocolat, les bonbons, les desserts.

Crème, liqueur de vanille. Crème, liqueur qui s’obtient en mélangeant
un sirop de sucre et de l’alcollol où ont macéré des gousses de
vanille préalablement fendues.

-Par extension. Vanille artificielle ou vanille synthétique, vanille
de synthèse. Substance synthétique qui imite le parfum de la vanille. c-
Parfumerie. Principe aromatique extrait de ce fruit, entrant dans
la composition de cosmétiques, de parfums. Parfum de vanille. d- Pharmacie.
Extrait de cette plante utilisé pour ses popriétés
médicinales ( stomachiques, toniques)

3- Au figuré à valeur péjorative, en apposition à valeur d’adjectif.
Fade mièvre.

Par exemple: »[…] dans le style vanille. » Michel Butor, Passage Milan, 1954. .

Éclectique

Adjectif.

Emprunté au latin « eklecticos » qui signifie qui exerce un choix
sélectif, de « oï eklectikoï » Les Eclectiques, philosophes qui
empruntaient des éléments de leur doctrine à différentes écoles,
principalement à l’épicurisme et au stoïcisme.
Dérivé du grec « elengéïen » qui signifie choisir.

1- Philosophie.

Appliqué à une chose abstraite. Qui est relatif à l’éclectisme en tant
que méthode ou école philosophique.

En parlant d’une personne. Qui est partisan de l’éclectisme.

2- Par extension. parfois péjoratif. a- En parlant d’une personne. Qui aime à
choisir ce qui lui plaît dans
des catégories de chose ou de personnes très différentes, qui est
capable d’apprécier des choses ou des personnes fort diverses, qui refuse tout
choix exclusif.

Emploi substantivé

Par exemple: « un éclectique fait des choix peu tranchés. » b- Appliqué à une
chose.

Qui manifeste cette capacité ou cette complaisance à choisir dans des
catégories très diverses; qui est fait d’éléments très divers, ou qui
rassemble une grande variété de tendances.

Par exemple: »art, goût, opinion éclectique. »

Trouille

Nom féminin

Probablement par le latin « torquere » qui signifie tordre, est dérivé
du verbe de l’ancien et du moyen français, « troillier » qui signifie
broyer, « troillier » qui signifie la vendange, presser les raisins;, dérivé de
« truil », « troil » qui signifie pressoir
à raisins.

On remarque aussi « trouiller » répandu dans les dialectes de
Franche-Comté, du Jura et qui signifie lâcher des vents. dans
Huysmans, l’expression « ça le trouille » signifie qui est tourmenté par le
besoin de pêter.

Sens 1

Dans une langue populaire. a- Peur intense. Synonyme frousse, pétoche.

Par exemple: » trouille bleue, trouille noire. Coller, flanquer la
trouille à quelqu’un. Ne pas avoir la trouille. » b- Colique, diarrhée.

Sens 2

En argot dans un sens vieilli.

Femme corpulente, malpropre. Fille ou femme dévergondée, de mœurs légères.

Par exemple: »attends, attends! je vais te régaler sale trouille » Emile
Zola, La Terre, 1887.

Bonace

Nom féminin.

De l’italien « bonaccia » de même signification, altération du latin
« bonus » qui signifie bon. Forgé peut-être par imitation sur le le
latin « malacia » qui signifie calme de la mer, pris pour un dérivé de « malus »
qui signifie mauvais. Emprunté au grec
« malakia » qui signifie faiblesse de constitution, mollesse, manque
d’énergie.

L’ancien provençal, l’ancien catalan, l’ancien portugais, l’espagnol,
l’italien sont issus du latin « bonacia ».

Etant donné l’ancienneté du mot dans l’ensemble des pays de langue
romane, on privilégie l’emprunt au latin, à l’emprunt à l’italien
« bonaccia » non attesté avant Dante, au sens de beau temps, et avant le XIVème
siècle au sens de calme de
la mer.

1- Calme tranquillité de la mer avant ou après la tempête

Par exemple: »…des écroulements d’eaux au milieu des bonaces. » Arthur
Rimbaus, Le Bateau Ivre, Poésies, 1871. ,

2- Tranquillité, repos.

Par exemple: »je changerai d’un seul mot la tempête en bonace. » Pierre
Corneille, Le Menteur (Dorante) 1644.

Cramignole

Nom féminin.

Origine inconnue. Représente peut-être une variante de « carmagnole »
qui était à l’origine une veste portée par des ouvriers piémontais,
provenant de la ville d’Italie de Carmagnola en Toscane.

Dans l’histoire du costume en France. Toque à bords relevés,
généralement en velours, surmontée d’un bouton, d’une houppe ou d’une
aigrette de plumes, portée par les hommes depuis les premières années du
règne de Louis XI
et jusqu’au début du XVI ème siècle.

Par exemple: »[ les quarante huit ambassadeurs flamands…]
encapuchonnés de cramignoles de velours noir à grosses houppes de fil
d’or de Chypre… »

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831.

Égyptiaque

Adjectif ou nom masculin.

Emprunté au latin « Aegyptiacus » qui signifie égyptien.

1- Emploi en tant qu’adjectif.

Dans une langue vieillie ou dans un sens péjoratif. Se dit de ce qui
est relatif à l’Egypte ancienne, païenne ou chrétienne.

Par exemple: »une idole égyptiaque. »

2- Emploi en tant que nom masculin.

Langue de l’Egypte ancienne, hiéroglyphes que l’on jugeait incompréhensibles.

Langue des bohémiens que l’on croyait originaires d’Egypte.

Par exemple: »Mais je veux que le diable m’écorche si je comprends ce
qu’ils veulent me dire avec leur Esméralda ! Qu’est-ce que c’est que
ce mot-là d’abord? c’est de l’égyptiaque ! Victor Hugo, Notre-Dame de Paris,
1831.