Archives de l’auteur : Nicole

Périthèce

Nom masculin.

Du grec « peri » qui signifie autour et « thêkê » qui signifie étui.

Enveloppe de la fructification, de certains champignons ascomycètes.
Elle est en forme de bouteille et renferme les asques.

Les champignons concernés sont par exemple: La truffe et les pézizes.

Glatir

Verbe intransitif.

Du latin « glattire » qui signifie japper.

1- Dans un langage vieilli: Aboyer, pousser des aboiements répétés.

2- Pousser son cri en parlant de l’aigle.

Birr

Nom masculin.

Étymologie inconnue.

Devise officielle de l’Ethiopie.

Varech

Nom masculin.

De l’ancien scandinave « Vàgrek » qui signifie épave. Au Moyen-Âge, le
varech désignait tout ce que rejetait la mer, poissons, baleines et
épaves de toutes sortes.

Ensemble des algues, de la famille des Phaeophyceae, ou algues brunes
laissées par le retrait des marées ou récoltées à marée basse sur le
rivage.

Le varech comprend les laminaires, les fucus, les ascophyllum. Le
varech est appelé goémon en Bretagne et en Normandie. Il sert à
amender les terres sablonneuses. Il est utilisé comme litière.
Par combustion, il fournit de l’iode et de la soude.

Tricoises

Nom féminin pluriel.

Altération de « tenailles turcoises » qui signifient « tenailles
turques ». A l’origine, « tenailles telles qu’en emploient les turcs ».
Dénomination dont la cause est inconnue.

1- Tenailles dont se servent les charpentiers, les menuisiers pour
arracher les clous ou les chevilles.

2- Tenailles de maréchal-ferrant, qui servent à ferrer et déferrer les chevaux.

3- Au singulier: Clé utilisée par les pompiers pour serrer ou
desserrer les raccords des tuyaux ou manœuvrer certains robinets.

4- En chirurgie. La tricoise de Velpeau, est une pince coupante en bout.

5- Dans le langage de la guerre: Machine de guerre utilisée jadis pour
démanteler certaines parties du rempart d’une place assiégée.

Quôc-Ngu

Nom masculin.

Du chinois classique « Chu Quôc ngu » qui signifie langue nationale.

1- Langue nationale.

2- Ecriture romanisée du vietnamien, par le biais de l’alphabet latin
augmenté de nombreux diacritiques qui servent à noter la valeur
phonétique des lettres mais aussi les tons de la

langue. Cette écriture a remplacé d’anciennes écritures locales.

C’est en 1527 que des missionnaires portugais commencèrent d’utiliser
le latin pour écrire la langue locale. C’est le jésuite Alexandre de
Rhodes né à Avignon en 1591 et mort en

1660, qui a compilé, amélioré et systématisé les systèmes de
transcription de ses prédécesseurs missionnaires.Son premier ouvrage
est un dictionnaire vietnamien-portugais-latin paru en 1651.

Cette transcription a acquis en 1918 le statut d’orthographe
officielle de la langue dans le système scolaire français. Ce fut un
vecteur d’unification bien accueilli par tous, y compris par les nationalistes.
Ce fut aussi un outil de démocratisation de l’éducation.

Galvaniser

Verbe transitif.

Du nom du savant Luigi Galvani qui montra l’existence d’une
« électricité animale » avec les muscles de la grenouille.

1- Électriser au moyen de la pile galvanique ou pile de Volta.

2- En particulier. Mettre les muscles en mouvement, soit pendant la
vie, soit peu de temps après la mort, au moyen de la pile galvanique.

3- Plonger un métal dans un bain de zinc fondu pour le recouvrir d’une
couche de ce métal et le préserver de l’oxydation. La première
technique, pour « protéger par une couche de zinc » était l’électrolyse.

Par exemple: « Ce toit de tôle a été galvanisé. »

4- Au figuré. Donner un encouragement, une impulsion. Stimuler.

Par exemple: Cette épreuve l’a galvanisé. Il en est sorti plus fort. »