Archives de l’auteur : Nicole

Hystérie

Adjectif.

De « hystérique ». Issu du grec « husterikos » par « hustera » qui signifie
utérus. L’attitude des malades était considérée autrefois comme un
accès d’érotisme féminin.

1- Dans un sens vieilli, ensemble des troubles psychiques,
neurologiques et fonctionnels variés attribués à la simulation.

2- Selon Charcot célèbre neurologue. Ensemble de symptômes
principalement neurologiques, qui prennent l’apparence d’affections
organiques, sans lésion organique décelable.

3- En psychiatrie moderne, Névrose caractérisée par une exagération
des modalités d’expression psychique et affective (névrose
d’expression) qui peut se traduire par des symptômes d’apparence organique
(convulsions, paralysies, douleurs, catalepsie) et par des manifestations
psychiques pathologiques (hallucinations, délire, mythomanie, angoisse).

En psychanalyse:

-Hystérie de conversion dans laquelle le conflit psychique se
manifeste par des symptômes corporels ou somatisation.

-Hystérie de défense contre les représentations déplaisantes.

4-Dans le langage courant. Excitation intense.

Par exemple: »C’est une hystérie collective. »

Csardas

Nom féminin.

Du hongrois « csarda » qui signifie auberge.

Danse de couple d’origine hongroise. On la retrouve dans toutes les
régions où vivent des hongrois: Hongrie, Slovaquie, Ukraine, Roumanie,
Vojvodine, Croatie, Slovénie et Autriche.

Le pas de base de la csardas est proche des anciens branles. il est
formé de pas latéraux à gauche et à droite où le couple se déplace
soit ensemble -c’est-à-dire en miroir- soit du même pied sur un petit cercle.

En général, deux pas à droite suivis de deux pas à gauche constituent une unité,
mais il existe de nombreuses variantes.

L’influence des csardas se retrouve même en danse classique. ainsi,
Marius Petipa célèbre chorégraphe a intégré à certains de ses ballets
des passages dits « folkloriques ».

On retrouve des csardas dans Le lac des Cygnes de Piotr Tchaïcovski.

Par exemple: « La Csardas de Vittorio Monti est une pièce musicale très célèbre. »

Veld

Nom masculin.

Du néerlandais « veldt » qui signifie champ, campagne.

En géographie, nom donné à la steppe de l’Afrique du Sud.

On écrit aussi « veldt ».

Baille

Nom féminin.

Du latin « bajula » qui signifie chose qui porte; récipient renfermant
une substance.

1- En marine. Baquet. Bateau qui n’avance pas vite.

2- En argot marin. Eau.

Par extension en argot courant, l’eau, la mer.

Par exemple: »La grande baille. »

3- « Navire-école »

Surnom de l’École navale.

Coryphée

Nom masculin.

Du grec « koruphatos » issu de « koruphê » qui signifie sommet de la tête.

1- Dans le théâtre antique, chef du chœur.

Par exemple: »Le coryphée se plaçait au centre de la scène. »

2- Personne qui tient le premier rang dans un parti, une secte, une société.

3- Deuxième des cinq échelons dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris.

Dictame

Nom masculin.

Du latin « dictamnus » qui signifie plante originaire du mont Dictos en Crête.

1- En botanique. Plante aromatique de la famille des labiées et dont
les feuilles sont laineuses.

Par exemple: « Le dictame de Crête a des propriétés vulnéraires. »

2- En poétique. Sorte de baume moral.

Par exemple:

« Car vous êtes bénie entre toutes les femmes.

Vous avez le secret des bienfaisants dictames. »

Gabrielle de Poligny

Murrhin

Adjectif.

Du latin « murrhinus » de même signification.

Dans l’Antiquité, les vases murrhins étaient des vases d’une matière
irisée et mal-connue appelée la murrhe, sorte de pierre ayant
l’apparence du verre et qui était peut-être de la fluorine.

Par analogie, le verre murrhin est un verre constitué par assemblage
dans un moule d’une couche de verre ordinaire sur laquelle on dépose
et soude par réchauffage une couche de verre formée de petits morceaux colorés.

Par exemple: » Je vous donnerai en échange ce vase murrhin [….] dans
mon vestibule. » Alexandre Dumas père « Catilina »